Un chatbot trop humain dessert-il la relation client ?

Pour une interaction renforcée avec un client, le chatbot ne doit pas nécessairement se comporter comme un humain. Explications avec Catherine Pelachaud.

En 1970, nous rappelle cet article,  » le japonais Masahiro Mori a introduit pour la première fois la théorie “Uncanny valley” ou “Vallée de l’étrange”. Selon cette théorie, plus un robot est similaire à un être humain, plus ses imperfections nous paraissent dérangeantes. »

Après le test de Turing par conséquent, une nouvelle question très marketing se pose et particulièrement complexe : quel degré de différenciation d’avec l’humain un chatbot (ou plus généralement un robot) doit pouvoir intégrer à sa conception et/ou  communiquer  pour éviter cet effet d’étrangeté vaguement pathogène  ?

Une question freudienne ?

Source marketingclient.lesechos.fr : Un chatbot trop humain dessert-il la relation client ?

Pour aller plus loin : https://lejournal.cnrs.fr/articles/petit-detour-par-la-vallee-de-letrange