Un chatbot trop humain dessert-il la relation client ?

Pour une interaction renforcée avec un client, le chatbot ne doit pas nécessairement se comporter comme un humain. Explications avec Catherine Pelachaud.

En 1970, nous rappelle cet article,  » le japonais Masahiro Mori a introduit pour la première fois la théorie “Uncanny valley” ou “Vallée de l’étrange”. Selon cette théorie, plus un robot est similaire à un être humain, plus ses imperfections nous paraissent dérangeantes. »

Après le test de Turing par conséquent, une nouvelle question très marketing se pose et particulièrement complexe : quel degré de différenciation d’avec l’humain un chatbot (ou plus généralement un robot) doit pouvoir intégrer à sa conception et/ou  communiquer  pour éviter cet effet d’étrangeté vaguement pathogène  ?

Une question freudienne ?

Source marketingclient.lesechos.fr : Un chatbot trop humain dessert-il la relation client ?

Pour aller plus loin : https://lejournal.cnrs.fr/articles/petit-detour-par-la-vallee-de-letrange

L’Homme augmenté

En 1818, Mary Shelley publiait Frankenstein,l’ histoire d’un savant fou qui, espérant créer un être supérieur, créa un monstre.

Ce mythe rappelle à l’Homo-Sapiens que ses derniers jours approchent inexorablement et que le rythme du développement technique le conduira sous peu à son remplacement. Des êtres entièrement nouveaux dont non seulement le physique sera différent , mais aussi et surtout l’univers mental. Imaginons un seul instant un être supérieur dont l’univers cognitif et émotionnel serait très différent du nôtre. Un univers mental d’une intelligence dépassant de loin celle de l’Homo-Sapiens lui sera à jamais inaccessible, comme l’univers d’une chauve-souris s’inquiétant de la disparition de son petit. Bien sur , nous nous rassurons et nous consolons en supposant que le Dr Frankenstein ne peut que créer des monstres qu’il suffira de détruire pour sauver le monde. Mais est-ce que c’est vrai ? Et si Dr Frankenstein créait un être réellement supérieur et qui nous regarderait comme nous considérons les Hommes de néandertal ?

Dans ce cas, de combien de temps disposons-nous ? Certains  » optimistes » soutiennent que déjà vers 2050 quelques humains privilégiés seraient a- mortels. Plus vraisemblablement au siècle prochain ou du millénaire à venir, mais que valent ces durées, qui apparaissent très longues , dans la perspective des 70 000 ans de l’histoire de Sapiens. La question du « corps augmenté  » ou du  » développement humain artificiel » préoccupent actuellement non seulement la classe politique, les philosophes , les savants, mais aussi les gens ordinaires. Il serait naïf d’imaginer que nous puissions donner un grand coup de frein afin d’arrêter les grands projets scientifiques qui promeuvent l’Homo-Sapiens au point d’en faire un être d’une espèce différente. Le projet Gilgamesh, ce « vaisseau amiral de la science », semble impossible à arrêter et à contrôler tout comme il est impossible d’arrêter Dr Frankenstein. Il semble que la seule chose que nous puissions faire, c’est d’essayer d’infléchir la direction que nous sommes en train de prendre.

Il est une perspective effrayante au plus haut point ;  il nous serait possible sous peu de manipuler nos désirs.La vraie question sera non pas  » Que voulons-nous devenir ? » mais  » Que voulons-nous vouloir ? » Question qui donne le vertige…

 

« Jamais l’UNESCO n’a été aussi nécessaire », déclare Audrey Azoulay

Audrey Azoulay a prêté serment lundi 13 novembre 2017 en tant que nouvelle Directrice générale de l’UNESCO devant la 39e session de la Conférence générale. Evoquant les défis auxquels est confrontée l’Organisation, elle a rappelé dans son discours d’installation, la pertinence du mandat de l’UNESCO.

Source : « Jamais l’UNESCO n’a été aussi nécessaire », déclare Audrey Azoulay

On lira avec intérêt également sur techno-philo.net la brochure de Julian Huxley , premier directeur général de l’UNESCO (en 1947 )  L’Unesco : ses buts et sa philosophie   manifeste transhumaniste avant la lettre.

DARPA is testing implanting chips in soldiers’ brains

UPDATE: DARPA responded to a request from Fusion that « brain-neural interfaces » have not yet been implanted in soldiers, though test devices have been implanted in the brains of volunteers already undergoing brain surgery. We’ve changed the headline to reflect that implantation of chips in soldiers’ brains has not happened yet.

Source splinternews.com : DARPA is testing implanting chips in soldiers’ brains

On rappellera que le DARPA, c’est la « Defense Advanced Research Projects Agency » dont la page des innovations techniques  est  particulièrement intéressante (avec notamment la création du protocole TCP/IP dès 1973, fondateur de l’INTERNET).

N’est-ce pas de la DARPA que le président MACRON veut s’inspirer pour mettre en place au niveau européen une « Agence d’innovation de rupture » capable de financer des technologies émergentes. Inutile de dire que c’est un voeu pieux, étant donné le retard de l’Europe en la matière (d’ailleurs est-ce souhaitable ?)