Un chatbot trop humain dessert-il la relation client ?

Pour une interaction renforcée avec un client, le chatbot ne doit pas nécessairement se comporter comme un humain. Explications avec Catherine Pelachaud.

En 1970, nous rappelle cet article,  » le japonais Masahiro Mori a introduit pour la première fois la théorie “Uncanny valley” ou “Vallée de l’étrange”. Selon cette théorie, plus un robot est similaire à un être humain, plus ses imperfections nous paraissent dérangeantes. »

Après le test de Turing par conséquent, une nouvelle question très marketing se pose et particulièrement complexe : quel degré de différenciation d’avec l’humain un chatbot (ou plus généralement un robot) doit pouvoir intégrer à sa conception et/ou  communiquer  pour éviter cet effet d’étrangeté vaguement pathogène  ?

Une question freudienne ?

Source marketingclient.lesechos.fr : Un chatbot trop humain dessert-il la relation client ?

Pour aller plus loin : https://lejournal.cnrs.fr/articles/petit-detour-par-la-vallee-de-letrange

1 Comment

  1. Dans son nouveau livre, Homo Deus: une brève histoire de demain, Harari examine ce qui pourrait arriver au monde lorsque ces vieux mythes sont associés à de nouvelles technologies divines telles que l’intelligence artificielle et le génie génétique. Qu’adviendra-t-il de la démocratie si et quand Google et Facebook connaissent mieux nos goûts et nos préférences politiques que nous ne les connaissons nous-mêmes? Qu’adviendra-t-il de l’État-providence lorsque les ordinateurs éloigneront les humains du marché du travail et créeront une nouvelle «classe inutile» massive? Comment l’islam, le christianisme et le judaïsme pourraient-ils gérer le génie génétique? La Silicon Valley finira-t-elle par produire de nouvelles religions plutôt que de nouveaux gadgets?

Comments are closed.